Eh bien… 2020 fut toute une année, n’est-ce pas? Dites, qui aurait pensé que nous vivrions une telle année! En fait, c’est étrange de songer à des célébrations en ce moment. Après tout, tout le monde est occupé à réfléchir à ce que nous réserve 2021. Les vaccinations commencent à peine. Avec les mesures de confinement et la fermeture des marchés, la situation alimentaire des populations vulnérables est devenue plus précaire, et la pandémie est loin d’être terminée.

Mais, en même temps, il y a tant de choses pour lesquelles nous devons être reconnaissant(e)s. C’est pourquoi nous avons décidé de célébrer le travail abattu par notre équipe et nos partenaires cette année. Durant cette année très particulière, beaucoup de choses se sont passées. Les stations de radio se sont surpassées pour veiller à ce que les communautés rurales soient en sécurité et en bonne santé, malgré la menace du COVID-19. Les approches à distance ont plus que jamais rendu certaines émissions accessibles. Les gens ont pu se retrouver, bien qu’étant éloignés les uns des autres, pour soutenir différentes causes et permettre la poursuite de nos activités.

Alors, voici le top 10 des réalisations de Radios Rurales Internationales pour 2020 :

  1. Des millions de vies transformées :  Cette année, notre travail a touché 13 millions d’auditeurs(rices), dont 2,7 millions ont modifié leurs pratiques agricoles, sanitaires et alimentaires. C’est le but ultime de notre mission. Nous voulons soutenir les gens avec les connaissances et les informations nécessaires pour faire des choix qui amélioreront leurs conditions de vie. Pour voir comment nous y sommes parvenus, consultez notre rapport annuel.
  2. Promptitude face à la pandémie du COVID-19 : Nul doute que le COVID-19 a bouleversé nos vies. Lorsque la pandémie a été déclarée, nous sommes passés à l’action. Nous avons intégré les renseignements sur le COVID-19 dans toutes nos émissions, et nous sommes associés aux radiodiffuseurs pour les aider rapidement à communiquer des informations pertinentes, locales et essentielles aux communautés défavorisées en Afrique. Nous avons travaillé dans 20 langues de 20 pays et créé un service d’assistance téléphonique par lequel les radiodiffuseurs(euses) ont reçu plus de 3 000 appels. Ce service comprenait un segment où les radiodiffuseurs(euses) pouvaient poser leurs propres questions concernant la façon dont ils/elles pouvaient soutenir les communautés durant la pandémie.
  3. Fonds d’aide d’urgence pour le COVID-19 : Lorsqu’il est question de la sécurité des personnes, les bonnes informations et la confiance en ces informations sont fondamentales. Les populations locales font confiance aux stations de radio et ces dernières peuvent s’assurer que ces mêmes populations obtiennent de bonnes informations. Cependant, les stations ont été durement touchées par la pandémie, et ont perdu les principaux revenus publicitaires qui leur permettaient de continuer à émettre. Grâce à un fonds de soutien que le gouvernement du Canada a octroyé par l’entremise d’Affaires mondiales Canada, nous avons distribué 170 000 $ à 140 stations de radio pour assurer leur sécurité, rester en onde et tenir les communautés bien informées.
  4. Éducation sur les ondes : En collaboration avec CODE, une autre ONG canadienne, nous avons démarré le projet « Apprentissage à distance en période de crise » dans deux nouveaux pays d’intervention de Radios Rurales Internationales : la Sierra Leone et le Libéria. Conçues pour renforcer l’apprentissage et l’alphabétisation interrompus à cause de la pandémie du COVID-19, et promouvoir l’hygiène de vie, l’égalité de genre et les bonnes habitudes d’apprentissage, les émissions « Lecture sur les ondes » seront diffusées pendant 13 semaines par 10 stations dans les deux pays.
  5. Développement à distance : N’oublions pas qu’une grande partie de ce travail a été réalisée à distance. Comme le COVID-19 avait obligé les gens qui le pouvaient à se mettre à l’abri chez elles, nous avons adapté notre mode de travail pour ne mettre personne en danger. Nous avons également pris en compte les implications de ces ajustements pour la coopération internationale en général. Regardez notre webinaire sur le développement à distance pour voir les succès et les ratés et ce que cela signifie pour l’avenir de la coopération internationale.
  6. Accueil de notre 1000e partenaire de radiodiffusion : Depuis nos débuts en tant qu’organisation, un de nos objectifs est de nous associer à des stations de radio existantes pour les aider à améliorer leurs émissions destinées aux agriculteurs(rices). Cette année, nous réalisé un exploit majeur : nous avons accueilli notre 1000e radio partenaire au sein de notre réseau de stations de 41 pays d’Afrique subsaharienne.
  7. Célébration de la Journée mondiale de la radio dans huit pays : Avant la pandémie, nous avions avec les stations de radio, les partenaires et le personnel célébré la Journée mondiale de la radio et discuté des voies et moyens pour améliorer la radio et de son importance dans la promotion du dialogue.
  8. Projets, projets, projets : Cette année, nous avons démarré en force et n’avons pas arrêté. Nous avons piloté 31 projets dans 12 pays différents. Nous avons poursuivi notre projet Voix de femmes à grande échelle dans le cadre duquel des feuilletons radiophoniques sur la violence fondée sur le genre ont démarré. Au Ghana, nous avons commencé, avec le ministère de l’Alimentation et de l’Agriculture, à développer un service consultatif numérique dans le pays pour nous assurer que les agriculteurs(rices) de tout le pays bénéficient d’une aide agricole. Nous avons également travaillé sur plusieurs projets se rapportant à l’agriculture durable et intelligente face à l’agriculture avec le GIZ, l’agence allemande pour le développement, en Ouganda, au Nigeria et au Ghana. En Afrique subsaharienne, nos activités ont ciblé la sécurité alimentaire, l’agriculture, l’égalité de genre, la santé, la nutrition et le changement climatique, et se poursuivent toutes durant la pandémie. Nous ne comptons pas nous arrêter même après la pandémie.
  9. Conclusions satisfaisantes : Plusieurs de nos projets ont également pris fin cette année. Notre projet « Réduire les pertes après récolte » financé par la Fondation Rockefeller a enregistré des résultats inédits grâce à des approches facilitées par des vidéos et des émissions télévisées participatives locales, ainsi que des émissions radiophoniques interactives. Nous avons clos un long partenariat fructueux avec le projet Uniterra, un programme de l’EUMC et le CECI qui visait à améliorer le développement économique dans 14 pays, où nous avons travaillé avec des volontaires, des stations de radio et des stations de radio locales afin de changer les mentalités dans différents secteurs, améliorer l’égalité de genre et augmenter les chaînes de valeur. Avec l’EUMC, nous avons également achevé le deuxième tour de notre projet sur la santé maternelle et infantile, PASME 2, durant lequel nous avons travaillé avec plus de 1064 membres de groupes d’écoute communautaires, et plusieurs autres auditeurs(rices), pour améliorer la santé des femmes.
  10. Lancement d’un nouveau plan stratégique : Nous avons procédé à une autocritique en tant qu’organisation et restructuré nos intentions stratégiques en 2020. Pour les cinq prochaines années, nous avons des objectifs ambitieux pour améliorer notre capacité organisationnelle, mobiliser nos partenaires, nos donateurs(rices) et nos partisan(e)s afin de pouvoir atteindre nos objectifs, continuer à améliorer la radio interactive pour en faire un canal de choix pour un développement rural durable. Lisez le nouveau plan stratégique ici.

Nous sommes fiers de ce que nous avons réalisé cette année, malgré les conditions plus ou moins idéales. Mais nous sommes heureux, c’est le moins qu’on puisse dire, de passer à 2021. On espère (croisons les doigts) que 2021 nous rapprochera d’un monde plus juste et prospère.