Un radiodiffuseur fait un entrevue avec trois femmes qui portent les masques

En mars 2021, le monde a souligné le premier anniversaire de la déclaration de la pandémie du COVID-19. Cela a constitué un moment de réflexion sur les diverses façons dont la radio a permis aux communautés d’Afrique subsaharienne de faire face à la crise.

En période de crise, les communautés rurales africaines se tournent vers la radio qu’elles considèrent comme une source d’information fiable. Parfois, c’est la seule source. Ainsi, à mesure que la pandémie s’installait, Radios Rurales Internationales su que les radiodiffuseurs(euses) seraient la solution pour livrer des messages salutaires et compréhensibles aux populations vulnérables qui en avaient le plus besoin.

Contrairement à d’autres médias, l’action de radio n’est pas limitée par le confinement. C’est l’un des rares outils qui peuvent aider des communautés entières à rester en sécurité, et ce, entièrement à distance.

Toutefois, à mesure que la pandémie se propageait plus loin, il devint évident que les radiodiffuseurs(euses) avaient plus que jamais besoin d’un appui.


Contrairement à d’autres médias, l’action de radio n’est pas limitée par le confinement. C’est l’un des rares outils qui peuvent aider des communautés entières à rester en sécurité, et ce, entièrement à distance.


En mai 2020, grâce au généreux soutien que le gouvernement du Canada nous apporta par l’entremise d’Affaires mondiales Canada, le projet de riposte au COVID-19 de Radios Rurales Internationales était en pleine réalisation, répondant aux besoins de radiodiffuseurs(euses) de 12 pays. Nous avons utilisé d’anciens et de nouveaux outils pour qu’ils/elles bénéficient des services nécessaires pour communiquer des informations précises, factuelles et à jour à leurs auditoires.

En tout, le projet de riposte au COVID-19 de Radios Rurales Internationales a appuyé notre réseau de plus de 1 000 partenaires de radiodiffusion dans 41 pays africains. Un sondage réalisé quelques mois plus tard auprès de ces partenaires révéla qu’environ 90 pour cent des répondant(e)s estimaient que ce projet de Radios Rurales Internationales leur avait permis d’accroître leur capacité à faire face à la pandémie.

Ce plan de riposte avait cinq principaux objectifs.

Fournir des informations précises, sexospécifiques et à jour

Renseignées par des spécialistes et rédigées par des journalistes africains, les ressources radiophoniques comme les guides pratiques pour la radiodiffusion, les spots radiophoniques ou les nouvelles que les radiodiffuseurs(euses) peuvent utiliser à l’antenne, constituent une composante clé du travail de Radios Rurales Internationales. Durant la pandémie du COVID-19, nos ressources ont aidé les radiodiffuseurs(euses) à réaliser des émissions de qualité sur le COVID-19, et travailler en toute sécurité face aux nouveaux risques sanitaires.

S’inspirant d’informations vérifiées et des spécialistes locaux, Radios Rurales Internationales produit des ressources pour s’assurer que les contenus des émissions radiophoniques exacts, renseignés et pertinents pour les besoins locaux. Souvent, ces ressources abordent les questions de genre et mettent en lumière les voix des femmes.

Pour son plan de riposte contre la pandémie, Radios Rurales Internationales a produit 43 ressources radiophoniques sur les besoins urgents relatifs au COVID-19, y compris :

Parmi les ressources produites spécialement sur le genre pour être diffusées à l’antenne figurent :

Faciliter l’accès aux spécialistes

Outre les ressources, Radios Rurales Internationales a facilité l’accès direct à la source en mettant les radiodiffuseurs(euses) en contact avec des spécialistes locaux et internationaux. Grâce aux canaux très accessibles tels que WhatsApp et Telegram, les spécialistes ont pu partager des données de qualité et contextuelles concernant le COVID-19, souvent dans les langues locales. À leur tour, les radiodiffuseurs(euses) ont posé des questions visant à répondre aux besoins de leurs auditoires et renseigner leurs émissions futures.

Pendant cinq mois, les expert(e)s, ainsi que le personnel de Radios Rurales Internationales, ont facilité plus de 116 des discussions avec les partenaires de radiodiffusion dans 13 groupes en ligne. Plus de 50 000 messages ont été partagés dans ces groupes. Ces messages traitaient des liens entre le COVID-19 et des sujets tels que la nutrition, le genre, l’agriculture, les fausses nouvelles, etc.

Réseautage et encadrement dans les langues locales

Pour appuyer les émissions des radiodiffuseurs(euses), Radios Rurales Internationales a formé une équipe de 26 « réseauteurs(euses) locaux », dont des radiodiffuseurs et des journalistes de 12 pays impliqués dans son plan de riposte au COVID-19. Ces professionnels appelaient chaque jour les radiodiffuseurs(euses) dans 20 langues locales pour leur présenter les ressources et les services de Radios Rurales Internationales, les encadrer, les aider à améliorer la qualité des émissions et recueillir leurs avis par rapport à leurs besoins au fil du temps.

En cinq mois, nous avons effectué plus de 17 000 appels pour appuyer 3 500 radiodiffuseurs(euses) dans 12 pays.

L’impact du réseautage de Radios Rurales Internationales a été tangible pour les radiodiffuseurs(euses) et leurs émissions. Voici le témoignage d’un réseauteur local kényan (modifié pour des raisons de confidentialité et de clarté) :

« J’étais récemment en contact avec … une journaliste de Koch FM. Depuis qu’elle utilise les outils et les contenus de Radios Rurales Internationales, cette journaliste affirme que le nombre de commentaires des auditeurs de Koch FM à chaque émission est passé le mois dernier de 10 textes en moyenne, par émission, à 56 textes en moyenne, et de 15 appels en moyenne, par émission, à 43 appels en moyenne. »

Augmenter la puissance de la radio avec les TIC

Pour contrer les mythes et la désinformation, Radios Rurales Internationales a également proposé des informations en temps réel. Avec le soutien des services de Viamo, nous avons actionné des lignes d’assistance téléphonique pour les radiodiffuseurs(euses) dans 12 pays. Ceux et celles qui appelaient à ces numéros entendaient des informations enregistrées sur le COVID-19 et pouvaient enregistrer leurs questions sur la pandémie, et recevaient ensuite de réponses de la part d’expert(e) locaux et internationaux en santé

Ce service a enregistré 3 050 interactions en six mois, avec des questions sur la prévention, la transmission et la guérison, ainsi que des questions plus particulières se rapportant à des sujets tels que les vaccins, les mythes et la sensibilité des nourrissons au COVID-19.

Appuyer les radiodiffuseurs directement

Devant l’éventualité d’une baisse des revenus publicitaires et le manque d’équipement de base, les informations à elles seules ne suffisaient pas. C’est pourquoi nous avons créé le fonds d’aide d’urgence pour le COVID-19 afin d’aider les radiodiffuseurs(euses) de rester à l’antenne et de financer les émissions des stations pour faire face au COVID-19 au moyen de technologies, d’équipements de protection, et plus. Les radiodiffuseurs ont acheté des masques et des articles pour le lavage des mains, du carburant pour continuer à faire fonctionner leurs stations, des crédits téléphoniques pour réaliser les interviews à distance, et ils ont investi dans du matériel pour avoir de meilleures émissions meilleures qu’auparavant. Au total, nous avons appuyé plus de 150 stations de radio dans 12 pays avec un financement de plus de 170 000 $ CA.

Pour la prochaine étape

Cette pandémie a démontré que la radio était une bouée de sauvetage pour plusieurs en Afrique subsaharienne.

Nous avons vu comment la radio pouvait toucher des millions de personnes par des informations vérifiées, nuancées et détaillées. Nous savons qu’elle est le moyen d’information le plus accessible aux communautés rurales africaines, car elle communique des messages essentiels dans les langues locales aux personnes qui sont souvent difficiles à toucher. Nous connaissons l’importance d’avoir les voix de responsables communautaires crédibles à l’antenne, pour le partage de messages locaux et contextuels. Nous avons également noté les impacts salutaires de la fermeture de la boucle de rétroaction entre les auditeurs(trices) et les radiodiffuseurs(euses) par des émissions interactives, en vue de dissiper les mythes et la désinformation à l’antenne.

Par conséquent, tout en faisant une rétrospective de l’année écoulée, nous nous projetons également dans l’avenir de la pandémie. L’arrivée de la deuxième et la troisième vagues, les nouveaux variants, la réticence aux vaccins et le manque de vaccins posent de nouveaux défis de taille.

C’est la raison pour laquelle Radios Rurales Internationales demeure déterminé à utiliser la radio, parallèlement avec des outils TIC, pour répondre aux besoins des Africain(e)s ruraux lors des prochaines étapes de la pandémie du COVID-19. Dans le cadre de notre projet de riposte au COVID-19, nous avons développer et peaufiné beaucoup de services et d’outils. Maintenant que le projet est terminé, nous continuerons à mobiliser ces outils pour les radiodiffuseurs(euses) et les communautés qui en ont le plus besoin.

Aujourd’hui plus que jamais le COVID-19 occupe une place centrale dans toutes nos activités. Dans toutes ses actions, Radios Rurales Internationales s’emploie à appuyer les radiodiffuseurs(euses) africains, et à travers eux/elles, des millions d’auditeurs(trices), par les informations essentielles pour leur sécurité, leur réussite et la préservation de leur santé durant la pandémie du COVID-19 et après.

Vous voulez nous soutenir? Donnez aujourd’hui.

Vous voulez devenir un partenaire? Contactez-nous à : [email protected].


À propos de l’auteure :
Hannah Tellier est la coordonnatrice des ressources à Radios Rurales Internationales. Récemment diplômée de l’Université de Waterloo, Hannah croit que la meilleure façon d’apprendre c’est d’échanger avec les autres.


Notre réponse de le COVID-19 entre dans le cadre de la riposte contre le COVID du projet Voix de femmes à grande échelle, financé par le gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires mondiales Canada. Le projet Voix de femmes à grande échelle vise à offrir de meilleurs services radiophoniques interactifs au Burkina Faso, au Ghana, au Mali et au Sénégal, et toucher plus de sept millions d’agriculteurs et d’agricultrices d’exploitations familiales pour renforcer la sécurité alimentaire et l’égalité de genre. Le gouvernement du Canada, par l’entremise d’Affaires mondiales Canada, finance ce projet avec une subvention de cinq millions de dollars durant les cinq années du projet.