fbpx

Faire sa part : les hommes s’impliquent pour améliorer la santé des femmes

groupes d'écoute communautaires

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet PASME 2 dans la région du Nord au Burkina Faso, la radio Savane FM de Gourcy a mis en place des groupes d’écoute communautaires (GEC) qui suivent chaque semaine les émissions qu’elle diffuse sur la santé de la mère et de l’enfant.

La phase 2 du Programme d’Amélioration de la Santé des Mères et des Enfants de moins de 5 ans (PASME 2) est une initiative de l’Entraide universitaire mondiale du Canada (EUMC) en partenariat avec l’Université Laval et Radios Rurales Internationales. Il est financé par Affaires mondiales Canada et le gouvernement du Burkina Faso dans le cadre de l’initiative de Muskoka.

Le résultat ultime du projet est de « contribuer à la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile au Burkina Faso. » Le programme est mis en œuvre dans les districts sanitaires de trois régions à savoir le Centre-ouest, le Nord et l’Est.

Dans le village de Tangzougou-Yargo, situé dans la commune de Gourcy, il existe un GEC homme, composé d’hommes de 25 ans et plus. Dera Mahamadi est le responsable de ce groupe. Avec un âge avancé (plus de 60 ans), il est solide et engagé pour les activités communautaires surtout dans le domaine sanitaire. Il reste convaincu que les émissions sur la santé de la mère et de l’enfant sont une belle occasion pour les femmes et les hommes de veiller sur la santé de la mère et des enfants de moins de cinq ans.

Il est aussi un membre influent dans sa communauté religieuse.

Conformément à cette conviction, il a trouvé bien d’enregistrer ces émissions et de les faire écouter par ses pairs à la mosquée. Cette écoute se fait entre les deux prières du soir. Cela s’accompagne d’échanges et de conseils aux autres fidèles.

Mahamadi témoigne que beaucoup des fidèles qui n’accompagnent pas leurs femmes au centre de santé le font actuellement. Il illustre cela à travers son témoignage sur son frère cadet :

« Mon frère Ali est wahhabite (musulman sunnite), il est réticent quant à la fréquentation du centre de santé et de promotion sociale (CSPS) par sa femme, car pour lui un homme ne doit pas soigner sa femme. Aujourd’hui avec l’écoute des émissions et les discussions et les conseils, c’est Ali même qui amène sa femme et ses enfants au CSPS pour les consultations en cas de maladies ou de grossesse. »

Pour cette approche, Mahamadi se fait aider par les autres membres de ce groupe qui ne ménage aucun effort pour le partage de l’information auprès des autres habitants du village. En effet, il est important de préciser que les GEC hommes sont mis en place pour non seulement sensibiliser les hommes sur l’importance de s’impliquer dans la santé de la mère et de l’enfant, mais aussi pour favoriser le dialogue au sein du couple pour la prise des décisions importantes.

Cette manière de faire sous l’initiative de Mahamadi et des autres membres du GEC a permis non seulement de renforcer l’ancrage du groupe, mais aussi d’amener les hommes à prendre conscience de l’importance de leur implication pour la santé de la mère et de l’enfant.

Tous ces succès sont dus aux efforts de l’ONG Radios Rurales Internationales qui à travers le projet PASME 2 a pris à bras le corps la santé de la mère et de l’enfant à travers des émissions de sensibilisation avec les radios partenaires auxquelles se greffent des groupes d’écoute communautaires. Certains de ces groupes, très dynamiques et résolument engagés dans leur mission de relais d’information, se hissent au rang d’acteurs locaux capables d’accompagner le processus de changement de comportement, si cher à Radios Rurales Internationales.


Biographie de l’auteur : Idrissa Garba est socio-anthropologue de la santé option Santé de la reproduction, diplômé de l’université de Ouagadougou, spécialiste en suivi-évaluation, recherche et apprentissage. Il a 10 ans d’expérience dans les interventions communautaires avec les radios au cœur de nos stratégies.