Andréa Bambara est maintenant Chargée de projet pour RRI au Burkina Faso, mais elle a déjà travaillé comme radiodiffuseuse. Elle connait les obstacles en tant femmes.
 
« Dans les radios la collaboration est quelquefois difficile. Certains hommes ne vous acceptent pas. Si vous voulez faire des émissions autres que les émissions de cuisines et de ménage, ils vous mettent les bâtons dans les roues avec des propos décourageants, et les postes de responsabilité ne vous concernent pas … Quelquefois sur le terrain, les hommes demandent aux femmes de faire la cuisine après la collecte des informations. »
 
Andréa connait aussi les avantages d’avoir des femmes comme radio diffuseuses et la voix des femmes sur les ondes.
 
« Les femmes ont un double avantage : en tant que femme, elle est une mère, une épouse et une fille, elle peut aborder tous les sujets, même sensibles, avec les hommes sans gêne et aussi avec les femmes qui ne se gênent pas, alors qu’un homme dans certains milieux ne peut pas aborder tous les sujet avec les femmes, car la femme n’acceptera, pas ainsi que son mari. »
 
Female farmers
 
« Les femmes connaissent les problèmes des femmes car elles les vivent et se reconnaissent en elles. Elles se comprennent mieux et savent rassurer les autres, les mettre en confiance. Elles savent aussi aborder les hommes et les amener à se confier.
 
« La voix des femmes à la radio donne du courage à l’auditrice de s’exprimer aussi à la radio, elle lui donne envie de lui ressembler et donc de devenir animatrice ou d’encourager sa fille ou sa sœur ou son amie à le devenir. »
 
Elle a beaucoup aimé travailler comme radiodiffuseuse.
 
« J’ai aimé le travail d’écoute et de montage des éléments, c’est là que vous allez découvrir des points forts, le silence parlant des agricultrices/teurs ; des mots complexes qui vous guident sur d’autres pistes de recherche. Ah ! C’est très fort ces moments-là.
 
Female farmers
 
« Sur le terrain vous aller vous embourber en hivernage, vous allez dormir dans les cases avec les vieilles mamans et la nuit elles vont vous parlez de leur vie, vous les accompagnerez au marigot et au champ pour chercher de l’eau et du bois de chauffe, les épines vont vous piquer mais vous serez heureuse d’être piqué par les épines car vous avez apporté quelque chose à ces femmes, nos mères et sœurs.
 
« J’ai aussi aimé le travail d’équipe avec les autres sur le terrain et au bureau, c’est un grand moment de partage de conseil, de critique aussi c’est par là que l’on passe pour s’améliorer. »
 
Radios Rurales Internationales travaille pour appuyer les femmes qui travaillent comme radiodiffuseuses.