Santé publique et communication sur les vaccins à grande échelle (VACS)

Renforcer la confiance dans les vaccins en Afrique subsaharienne

Credit: Nebiyu Yetsedaw/RRI

Santé publique et communication sur les vaccins à grande échelle (VACS)

Renforcer la confiance dans les vaccins en Afrique subsaharienne

Le contexte

La pandémie de COVID-19 a nécessité des efforts de communication exceptionnels, notamment en Afrique subsaharienne où l'accès à une information et à une communication de qualité est extrêmement faible, en particulier parmi les femmes et les groupes mal desservis. Il était urgent de lutter contre la désinformation, d'accroître la confiance dans les vaccins et de soutenir l'utilisation des vaccins, et il fallait le faire en temps utile et en tenant compte des spécificités de chaque sexe dans les communautés rurales. L'inégalité vaccinale est un problème mondial et, à l'époque, un effort mondial pour maîtriser la pandémie partout dans le monde incluait l'augmentation des taux de vaccination en Afrique subsaharienne.

Notre approche

Nous savons que la radio est la source d'information la plus fiable dans les pays que nous desservons. Pour cette raison, et à cause de la pandémie de COVID-19, les Radios Rurales Internationales ont travaillé avec leur réseau de stations de radio partenaires pour mener des campagnes de santé publique et de confiance dans les vaccins à grande échelle, atteignant jusqu'à 86 millions de personnes à travers l'Afrique sub-saharienne.

Dans le cadre du projet VACS, nous travaillons avec 215 stations de radio partenaires - des stations et des diffuseurs auxquels nous avons fourni des ressources et des formations et avec lesquels nous avons facilité les discussions - afin de coordonner des campagnes radiophoniques dans 16 pays. L'objectif final était de maintenir la protection contre le COVID-19, de renforcer la confiance dans les vaccins et d'encourager l'égalité des genres dans les réponses au COVID-19.

Grâce à des campagnes nationales conçues pour lutter contre l'hésitation vaccinale, soutenues par des ressources développées dans plus de 20 langues par les Radios Rurales, les stations de radio du réseau des Radios Rurales ont développé et mené des campagnes COVID-19 dans 89 langues différentes, correspondant à la fois aux besoins et aux réalités locales et à l'objectif national et international de mettre fin à la pandémie.

Les campagnes ont utilisé la portée unique de la radio combinée à la rétroaction en temps réel offerte par les téléphones mobiles pour accroître l'accès à des informations vitales et sexospécifiques sur l'état actuel de la pandémie de COVID-19.

Écoutez des exemples de campagnes développées par les stations, ici.

Notre impact

broadcast

0

Radios diffusant des émissions interactives tenant compte des spécificités de chaque genre sur les mesures de santé COVID-19.
accessible-03

0M

auditeurs.trices 932,7 millions de femmes).
interactive-02

0%

l'augmentation moyenne des taux de vaccination entre les auditeurs.trices et les non-auditeurs.trices.
in partnership with canada

Lieu

  • Duration: 9 months, 2022
  • Budget: $1,050,000 CAD
  • Radio stations: 200
  • Languages: Amharic, Bambara, Baoulé, Bemba, Chichewa/Chinyanja, Ciuté, Dholuo, Dioula, English, French, Hausa, Kabyè, Kiswahili, Krio, Mooré, Oromo, Portuguese, Pulaar/Peulh/Fouladou, Sénoufo, Sena, Sonrhai, Tanzanian Swahili, Wolof, Yoruba

Nos résultats

Le projet VACS avait trois objectifs principaux :

  • Soutenir en permanence la santé publique dans la prévention du COVID-19
  • Renforcer la confiance dans les vaccins et augmenter le nombre de personnes vaccinées
  • Continuer à améliorer l'égalité entre les genres

Grâce à des campagnes radiophoniques menées dans 16 pays, les stations de radio intégreront des messages sur la confiance dans les vaccins, la santé publique et l'égalité des sexes dans leurs programmes, grâce à la coordination et aux ressources fournies par les équipes de Radios Rurales Internationales. Les radiodiffuseurs, les responsables de la santé et les experts en matière d'égalité des sexes ont travaillé ensemble pour créer une programmation radiophonique qui a servi à protéger les collectivités de l'Afrique subsaharienne contre le COVID-19.

À l'aide de notre technologie Uliza Polling, qui peut envoyer des messages texte push et que les auditeurs peuvent appeler à l'aide de la technologie de réponse vocale interactive, nous avons sondé les auditeurs tout au long du projet pour nous assurer que les campagnes radiophoniques demeurent pertinentes et efficaces à l'échelle locale. Nous avons également collaboré avec Geopoll pour mener des enquêtes à distance et sur téléphone portable dans huit pays afin de déterminer l'efficacité des campagnes.

L'enquête ayant été menée par SMS, les personnes interrogées ne reflètent peut-être pas les réalités des groupes marginalisés, car l'accès est limité à ceux qui ont accès à un téléphone portable, qui le contrôlent et qui savent l'utiliser correctement. Cela dit, cette méthode de collecte a permis à la FRI d'obtenir des données essentielles pour évaluer l'impact des programmes d'hygiène vaccinale.

Resultats

Grâce à nos 215 stations de radio partenaires, nous estimons avoir atteint une couverture potentielle de 86 millions de personnes (environ 400 000 auditeurs.trices potentiels par station selon nos dernières études), avec une estimation de 66,2 millions d'hommes, de femmes et de jeunes qui ont écouté nos campagnes radiophoniques interactives et sensibles à la dimension de genre. 49% des auditeurs étaient des femmes, ce qui représente 32,7 millions de femmes.

Selon notre enquête GeoPoll menée dans huit des pays de mise en œuvre, 77 % des auditeurs et auditrices, ainsi que 74 % des jeunes, ont décidé de se faire vacciner contre le COVID-19. Si l'on compare ces résultats à ceux des non-auditeurs, on constate une augmentation de 13 % pour les femmes, de 11 % pour les hommes et de 12 % pour les jeunes (sur un objectif de 10 %) en termes de comportement de recherche de santé, en l'occurrence la vaccination. Globalement, il s'agit d'une augmentation de 12 % dans la population générale. Il est également important de noter que 82 % des femmes, 81 % des hommes et 80 % des jeunes interrogés ont indiqué que c'est la campagne radio qui les a encouragés à se faire vacciner.

L'enquête GeoPoll indique que nous avons eu un taux d'écoute de 77 %, ce qui peut être lié aux sujets prioritaires abordés, à l'intégration de l'information sur le COVID-19 dans tous les éléments de la programmation radio, et/ou à la stratégie d'échantillonnage utilisée par GeoPoll. D'une manière générale, les enquêtes menées par les Radios Rurales indiquent que 40 % des auditeurs potentiels écoutent nos programmes, ce qui nous donne tout de même environ 34,4 millions d'auditeurs.

Les programmes ont été diffusés dans 89 langues locales.

Dans le cadre d'une enquête menée auprès des radios partenaires participantes, 175 radiodiffuseurs ont indiqué qu'ils avaient accru leur capacité à produire et à diffuser des émissions radiophoniques interactives tenant compte des sexospécificités et portant sur les mesures de santé publique et la vaccination liées au COVID-19, grâce à la formation reçue dans le cadre du projet. 95 % des personnes interrogées ont indiqué qu'elles pourraient concevoir une autre campagne avec compétence.

À la fin de la campagne, un total de 44 569 interactions sur téléphone portable entre les auditeurs.trices et les stations de radio (32 279 étaient des hommes et 12 290 des femmes) avaient été comptabilisées par l'intermédiaire des services interactifs Uliza des Radios Rurales. 34 ressources de contenu tenant compte de la dimension de genre ont été recherchées, développées et distribuées pour être utilisées par les stations de radio. Deux de ces ressources ont été traduites en 21 langues pour en faciliter l'utilisation. Dans l'ensemble, 82 % des ressources de contenu étaient axées sur l'égalité des sexes et l'inclusion.

Parmi les ressources les plus populaires, citons

68 discussions de groupe Whatsapp ont été facilitées entre des experts et des radiodiffuseurs dans les 16 pays de mise en œuvre, engageant activement plus de 1 477 personnes dans les discussions. Chaque discussion de groupe a duré une semaine et a abordé un sujet spécifique en rapport avec le contexte de ce pays, un expert local étant invité à la discussion pour fournir des informations pertinentes et donner aux diffuseurs l'occasion de clarifier toute question émergente en rapport avec le COVID-19. Les discussions ont notamment porté sur les mythes et les idées fausses concernant les vaccins, l'efficacité des vaccins, en particulier en ce qui concerne la fertilité, la manière d'aborder les fausses nouvelles, l'impact de la pandémie sur les femmes et les questions relatives à l'hésitation à se faire vacciner au sein de groupes clés, en particulier les personnes immunodéprimées et les personnes âgées.

“Lorsqu'ils sont venus nous vacciner, j'étais très inquiète. Mais je me suis souvenue des conseils donnés dans les émissions de Radio Uyesu. Je me suis fait vacciner.”

Achata Traore, agriculteur malien
Koutiala, dans le sud du Mali.

Égalité des genres et inclusion

L'accès aux vaccins et à la santé publique touche les gens différemment, par exemple en fonction du genre ou d'autres facteurs sociaux tels que le handicap, l'âge ou le statut migratoire. Les besoins en matière de santé et les obstacles qui empêchent une personne d'accéder aux services de santé, à l'information ou de se faire vacciner sont différents, par exemple, pour les femmes par rapport aux hommes, pour une jeune femme par rapport à une femme âgée, ou encore pour une femme souffrant d'un handicap.

La formation et les ressources que nous avons proposées aux radiodiffuseurs ont abordé la politique d'égalité des genres et d'inclusion de Radios Rurales, les considérations relatives aux droits de l'homme et les différents aspects de l'(in)égalité des genres et du COVID-19. Les rédacteurs.trices africain.e.s engagés pour produire les ressources ont mis l'accent sur les nuances liées aux stéréotypes sexistes et aux impacts différentiels de la crise de santé publique en fonction du sexe, de l'âge et de la santé physique - en veillant à ce que l'information aborde toutes ces questions et à ce que les radiodiffuseur.euse.s tiennent continuellement compte de ces réalités complexes.

Les Radios Rurales ont travaillé avec des expert.e.s locaux qui ont contribué à la conception des programmes et ont agi en tant que personnes ressources à l'antenne. Nous nous sommes associés à des organisations locales de défense des droits des femmes et à des organisations dirigées par des femmes afin de fonder les émissions sur les réalités locales. Ces groupes ont fourni des idées sur l'intégration des considérations de genre et d'âge dans le contenu des programmes radio, ainsi que des suggestions sur les services locaux disponibles pour les groupes marginalisés. Ils ont également participé aux émissions de radio en apportant des éclaircissements sur les inégalités entre les genres et l'équité en matière de santé dans le cadre du projet COVID-19 et de la vaccination.

Des décideurs, des musicien.ne.s, des personnes influentes, des jeunes, des chefs religieux et culturels et des leaders d'opinion ont participé aux émissions. Certains ont fait part de leur expérience de l'utilisation des vaccins COVID-19 et des effets de la lutte contre la désinformation et les mythes qui entourent les vaccins. Les radiodiffuseur.euse.s ont également encouragé les femmes à interagir avec les programmes radio en les incitant à appeler ou à partager leurs expériences, leurs craintes et leurs questions. En particulier, la promotion s'est faite par le biais de messages adaptés dans les jingles.

Un accent particulier a été mis sur la collaboration avec des expert.e.s en matière d'équité sanitaire et de droits des femmes issus de groupes représentant des populations marginalisées. Nous veillerons à ce que le soutien apporté aux radiodiffuseur.euse.s soit ancré dans les réalités locales en matière d'inégalités sociales en établissant des partenariats avec des organisations locales de défense des droits des femmes et des organisations dirigées par des femmes. Il était essentiel que le projet VACS soit basé dans la société civile locale et qu'il reconnaisse ses efforts et son expertise. Grâce à ces partenariats, nous développerons des campagnes nationales et informerons les radiodiffuseur.euse.s des discussions en ligne afin qu'ils puissent répondre aux besoins variés de leurs diverses audiences.