Un concours pour sensibiliser la communauté à l’implication des hommes dans la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants (SMNE), une idée de Radios Rurales Internationales (RRI).

Ils étaient 30 candidats à Koudougou, à vouloir participer au concours en faveur de la santé des mères et des enfants dont la finalité est de désigner le  »meilleur mari » et pour remporter ce titre symbolique, ces derniers devaient répondre aux différentes questions du jury sur comment un homme devrait soutenir sa conjointe et/ou partenaire de vie dans la santé maternelle et infantile.

Kabore Pidi Arouna est un cultivateur et réparateur de vélo à Doulou, un village situé à 12 km de la commune de Koudougou, dans la région du Centre Ouest du Burkina Faso. Monsieur Arouna, marié et père de 9 enfants était parmi les candidats de ce concours.

Le concours du meilleur mari est une activité qui vise l’ancrage de l’engagement des hommes dans le suivi de santé de la mère et de l’enfant. Il se présente sous la forme d’un concours où les candidats s’inscrivent auprès des radios. Une présélection est faite par un jury mis en place à cet effet. Ce jury fait une visite dans les familles des candidats et administre un questionnaire. À l’issue de cette visite, les finalistes sont identifiés pour prendre part à la finale qui est organisée dans un lieu public sous forme jeu public.

Le jeu public est une émission radio unique au Burkina Faso qui se présente comme une manifestation communautaire durant laquelle toute la population se réunit dans un lieu public pour discuter d’un sujet important. Des questions éliminatoires sont posées aux finalistes pour désigner le gagnant du jeu.

Dans le cas précis du concours du meilleur mari, l’événement a été retransmis en direct sur les antennes des radios partenaires.

Le jour de la finale, sur la place du marché et sous une pluie battante, Radio Palabre de Koudougou, partenaire de RRI a diffusé l’épreuve en direct. Monsieur Arouna était parmi les 3 finalistes et à la fin du jeu, il a remporté le premier prix.

Il a bien répondu aux questions et aussi lors de la visite dans son village et dans son ménage, sa femme a bien décrit les bons comportements de son mari. Même sa communauté a témoignée à cet effet. Pour gagner le concours, il avait dû créer une chanson pour sensibiliser les autres membres de la communauté.

Content du résultat, il déclare : « J’ai décidé de participer au concours du meilleur mari pour m’informer et apprendre davantage sur la santé de la mère et des enfants ».

Monsieur Arouna est reconnu à Doulou comme leader communautaire.

« Je m’intéressait aux questions de la santé des mères et des enfants bien avant le concours ». Il poursuit en disant, « J’ai la conviction que si tout le monde a la bonne information, nous connaîtrons dans notre communauté un climat social apaisé ».

Et d’ajouter, « Le concours du meilleur mari est une bonne idée car il nous a permis d’évaluer nos connaissances et ceux qui n’accordent pas d’importance à la santé des mères et des enfants commencent à nous écouter ».

Kabore Arouna

Tout le monde parle de Monsieur Arouna, de retour à Doulou avec le vélo qu’il a reçu comme premier prix du concours du meilleur mari. Certains jeunes n’hésitent pas à lui poser des questions pour mieux apprendre de lui. De part de ses attributions comme leader communautaire, il se voit investi d’une noble responsabilité, celle de sensibiliser ses pairs et les jeunes à mieux s’impliquer dans la SMNE.

Aujourd’hui, Monsieur Arouna réunit régulièrement 12 filles et garçons venant d’horizons divers pour leur parler de la SMNE. Il est heureux de reconnaître que la sensibilisation qu’il a commencée dans sa propre famille est en train de porter fruit dans tout le village. Les jeunes sont plus concernés qu’avant surtout grâce à la radio qui est un outil essentiel pour la sensibilisation de masse, dit-il en substance.

Il émet le souhait que le concours du meilleur mari soit organisé dans tous les villages afin d’attirer l’attention de la population sur la problématique de la santé des mères et des enfants et faciliter le changement de comportement.

Dans le cadre du Programme d’amélioration de la santé des mères et des enfants, phase 2 (PASME 2), le concours a permis au participants et au public venu assister à ce jeu de mieux s’imprégner de notions et de bonnes attitudes à connaître pour éviter les décès maternels et infantiles et particulièrement pour promouvoir le rôle que les hommes et/ou les maris peuvent jouer.

C’était également une manière de démontrer l’importance de leur implication à favoriser la communication au sein du couple, le partage des décisions et tâches ménagères et à améliorer les relations de couple. L’implication des hommes dans la santé maternelle et infantile comme l’ont reconnu certains participants au concours, permet d’améliorer l’état de bien-être global des femmes, des nouveau-nés, des enfants, des hommes et des communautés.

Le « Concours du meilleur mari en faveur de la santé des mères et des enfants » a été organisé par Radios Rurales Internationales avec l’appui financier du gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires mondiales du Canada dans le cadre du Programme d’amélioration de la santé des mères et des enfants – phase 2 (PASME 2) et mis en œuvre par Entraide universitaire mondiale du Canada (EUMC).


*Ce histoire a été écrite et s’est déroulée en 2019, avant l’imposition des pratiques sécuritaires actuelles de distanciation sociale liées à la pandémie du COVID-19.


À propos de l’auteur Vianney Missumbi était un volontaire canadien, conseiller en communication avec l’EUMC et RRI dans le contexte du PASME 2.